Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche

Introduction générale
150 ans de suites, plagiats, pastiches et hommages

Patrick de Jacquelot

 

Les feuilletons de Dumas se terminaient toujours, bien sûr, par la mention "A suivre". Il a été pris au mot: depuis un siècle et demi, d'innombrables auteurs se sont inspirés de son oeuvre. Juste retour des choses...

 

 

"Heureux les ouvrages auxquels on emprunte encore quelque chose trente ans après qu'ils ont paru!", écrivait Dumas fils à l'auteur de Les trois petits mousquetaires en 1882, en lui donnant l'autorisation d'utiliser le titre du plus célèbre des romans de son père. Source d'inspiration inépuisable pour d'autres écrivains, l'œuvre de Dumas père aura été décidément bien heureuse : depuis 150 ans, les " suites " en tous genres se sont succédées dans tous les registres, du plus alimentaire au plus littéraire, du Fils de d'Artagnan aux Mémoires de Monte-Cristo. Quelle plus belle manifestation de l'impact universel des livres de Dumas et de la force des mythes qu'il a créés ?

On a donc beaucoup emprunté à Dumas père, pour produire des suites à ses romans, réutiliser ses héros dans de nouveaux contextes, prolonger ses livres les plus connus. Un phénomène peu courant dans la littérature classique (on ne connaît guère de Le fils du père Goriot ou Le retour du bossu de Notre-Dame) mais caractéristique de la littérature populaire, où les personnages mythiques comme Sherlock Holmes ou Tarzan ont vu leurs aventures perpétuées par d'autres écrivains que leur père naturel.

Dans le cas de Dumas, le phénomène a une ampleur exceptionnelle, tant par sa durée que par le nombre de titres concernés ou la variété des registres abordés.Il répond en fait à une forte demande, celle des lecteurs avides de retrouver des héros auxquels ils se sont profondément attachés. Détail significatif : les forums de discussion consacrés à Dumas sur Internet reçoivent de nombreuses questions sur les suites, leur authenticité et leur qualité.

Aucune bibliographie complète des plagiats, pastiches et autres hommages dumasiens n'a été établie, mais les œuvres directement inspirées des romans de Dumas se comptent en nombreuses dizaines - probablement en centaines. Leur répartition reflète fidèlement la popularité des titres d'origine : la trilogie des mousquetaires a inspiré d'innombrables suites ; le Comte de Monte-Cristo a été pourvu d'une substantielle descendance, tandis que les autres romans suscitaient des suites isolées.

Pour autant que l'on puisse en juger, ces suites apocryphes ont souvent remporté un grand succès. L'éditeur de D'Artagnan contre Cyrano (1925) revendiquait ainsi dans une publicité une vente de 300.000 exemplaires (Cliquer sur l'image ci-contre pour lire une transcription du texte).

Pillage clandestin, ou assumé?

Comment signer un plagiat? Les "suites" de Dumas publiées en France étaient généralement signées du nom de leur véritable auteur. Aux Etats-Unis, en revanche, elles étaient le plus souvent attribuées à Dumas lui-même. Ne pas manquer, sur ce sujet, l'étonnant texte d'Henri Demesse, se décidant à signer de son nom une adaptation de "La Tour de Nesle" publiée d'abord sous le nom de Dumas...

Certains de ces titres, comme par exemple Le fils de Monte-Cristo de Jules Lermina (1881) ont connu plusieurs rééditions, d'autres ont été traduits en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, comme Le fils de Porthos (1883) de Paul Mahalin ou Le capitaine d'Artagnan (1931) de Lucien Pemjean. Détail intéressant : bien souvent, l'éditeur anglo-saxon n'a pas hésité à publier ces traductions sous le nom d'Alexandre Dumas lui-même, comme on le voit avec les traductions-adaptations du livre de Lermina…

Le plus étonnant est sans doute que cela fait maintenant 150 ans que les œuvres de Dumas servent ainsi d'inspiration à d'autres écrivains. Commencé du vivant de l'auteur, le phénomène ne s'est jamais interrompu depuis, bien au contraire : les années récentes ont vu une recrudescence de telles productions.

Cette abondance recouvre évidemment des livres appartenant à des registres variés. A défaut de définitions précises, et surtout de cloison étanche entre les genres, on peut évoquer les grandes catégories suivantes :

 
- Les suites
Pendant une bonne partie du XXème siècle, jusque dans les années 50, de nombreux auteurs de littérature populaire ont cherché à exploiter de façon éhontée les succès de Dumas en produisant à la chaîne des romans feuilletons utilisant ses personnages (sans parler des innombrables romans de cape et d'épée qui n'auraient sans doute jamais vu le jour sans la notoriété des Trois Mousquetaires mais qui, tout en utilisant une thématique similaire, ne plagient pas directement les textes de Dumas. Voir par exemple Le Masque de fer d'Edmond Ladoucette, lui-même pourvu d'une suite).

Le meilleur...

Les meilleures "suites"  aux mousquetaires:
- Le fils de Porthos
- Les amours de d'Artagnan
- D'Artagnan, the sequel
- D'Artagnan amoureux
- Le dernier amour d'Aramis

Les meilleurs hommages:
- The Phoenix Guards
- Milady mon amour
- Furioso et Fracasso

Nombre de ces oeuvres reprennent héros et thèmes dumasiens au premier degré, sans distanciation ni enrichissement, et relèvent du plagiat pur et simple. Typique de cette catégorie: l'abondante production de Paul Féval fils (Le fils de d’Artagnan -1914, La vieillesse d’Athos -1925, la série D’Artagnan contre Cyrano -1925, suivie de D'Artagnan et Cyrano réconciliés - 1928).

Ces livres, qui ont proliféré pendant la première moitié du XXe siècle, s'inspirent essentiellement des aventures des mousquetaires, avec le plus souvent d'Artagnan en vedette. Il n'est que de relever l'omniprésence du nom de ce dernier dans les titres de livres pour conclure qu'auteurs et éditeurs, aidés par un sens commercial certain, ont très vite compris qui était - de très loin - le plus populaire des héros de l'écrivain (voir D'Artagnan superstar!).

Si nombre de ces suites sont consternantes, ce n'est pas toujours le cas, heureusement! Parmi les imitateurs de l'écrivain, il s’est trouvé de bons professionnels pour produire des suites intéressantes aux œuvres du maître. C’est le cas de Paul Mahalin, dont Le fils de Porthos (1883) qui voit un fils caché du bon géant affronter un Aramis vieillissant, est tout à fait honorable, ou, plus encore, de Jules Lermina avec Le fils de Monte-Cristo (1881). Lermina, qui était militant socialiste, imagine que Monte-Cristo, une fois sa vengeance achevée, et quelque peu écoeuré par celle-ci, met ses formidables talents et sa fortune au service de la libération des peuples opprimés.

Surtout, la qualité des suites s'est considérablement améliorée dans la période récente. A partir approximativement des années 1960, on a vu quasiment disparaître les récits au premier degré: place à la création littéraire, aux hommages parfois sophistiqués, aux jeux sur les références et au second degré. Parmi les fort bons écrivains qui ont ainsi rendu hommage au maître, relevons d'abord le nom de Roger Nimier. Son D’Artagnan amoureux (1962), qui voit le jeune héros flirter avec la future comtesse de Sévigné, marie élégance et ironie. Italo Calvino, dans sa nouvelle Le comte de Monte-Cristo (1967) se livre à une étourdissante interprétation métaphysique de la captivité d’Edmond Dantès. Dans Le dernier amour d'Aramis (1993) Jean-Pierre Dufreigne dresse un portrait poignant d'Aramis à la fin de sa vie, vieillard aveugle vivant seul dans son palais de Saragosse, comblé d'honneurs et de richesses, et dictant ses mémoires à la très jeune femme qui illumine ses derniers jours. Et François Taillandier comble avec subtilité dans Mémoires de Monte-Cristo (1994) les vides laissés dans son récit par Dumas: longtemps après sa terrible vengeance, Edmond Dantès médite sur sa vie, ses années de prison, son apprentissage de la liberté, ses états d'âme avant d'opter pour la vengeance, conçue comme le seul lien le rattachant à sa vie détruite...

 

... et le pire

Parmi les "suites" les plus consternantes, citons:
- D'Artagnan de Guignery
- D'Artagnan contre Cyrano
- The Mutt in the Iron Muzzle

 

- Les "remakes" et autres hommages.
C'est peut-être dans ce registre que se mesure le mieux la portée d'un mythe: quand personnages et situations acquièrent une force telle qu'ils peuvent irriguer des oeuvres complètement nouvelles, sur le mode de la transposition ou de la re-création.

Dès 1885, Jules Verne livre avec Mathias Sandorf une réécriture du Comte de Monte-Cristo: on y suit les aventures du comte Sandorf, grand seigneur hongrois victime d'une trahison et d'un emprisonnement par les Autrichiens. Un récit, à dire vrai, assez décevant, parce que finalement trop proche de l'original. Beaucoup plus intéressant, Le roi Mystère (1908) de Gaston Leroux, transposé lui aussi de Monte-Cristo, joue avec tous les codes du roman-feuilleton. Très différentes de celles de Monte-Cristo au début, les aventures de son héros, le Roi des Catacombes, finissent par y ressembler de plus en plus. Mais avec une excellente raison: le roi Mystère est manipulé de bout en bout par un milliardaire américain neurasthénique, passionné de romans feuilletons, et qui a décidé d'utiliser sa fortune pour vivre dans la réalité son roman favori!

La science-fiction a elle aussi "recyclé" avec profit les mythes dumasiens. Alfred Bester, avec The stars my destination (1956) donne un remake du Comte de Monte-Cristo très sophistiqué. Dans le genre voisin de l’héroic-fantasy, l’écrivain américain Steven Brust a introduit dans son univers imaginaire quatre soldats directement inspirés des mousquetaires, et cela dans le cadre d'une trilogie pas du tout fidèle à la lettre - puisque le monde où se passe l'action et les péripéties sont complètement différents - mais parfaitement conforme à l'esprit de celle de Dumas. Les deux premiers volumes, The Phoenix guards (1991) et 500 years after (1994) - le troisième, The Viscount of Adrilankha est en cours de composition - , constituent, par leur écriture à la Dumas et leur humour, une étonnante réussite.

Autre tour de force: l'extraordinaire duo de romans Furioso (1971) et Fracasso (1973), de Voldemar Lestienne, qui s'appuient sur la trilogie des mousquetaires pour évoquer les pires folies du régime nazi. Authentiques romans de la IIème guerre mondiale, ces livres, qui oscillent sans cesse entre l'humour énorme et l'horreur, mettent en scène les aventures de quatre soldats de la France libre calqués sur les mousquetaires, avec une dimension tragique en plus. Le récit transpose sans cesse des thèmes clés des romans de Dumas. Mais plus profondément, ce n'est sûrement pas un hasard si l'auteur s'est appuyé sur Dumas et son "génie de la vie", caractérisé par ce mélange très particulier de profonde humanité, de sens exacerbé de l'amitié et d'inaltérable bonne humeur, pour traiter de la folie nazie: comme si les valeurs dumasiennes constituaient un bouclier efficace pour protéger celui qui tente de dire l'indicible.

Dans un registre plus léger, rappelons également l'hommage amusant rendu à l'éternelle popularité de notre auteur par l'espagnol Arturo Pérez-Reverte dans son célèbre et ingénieux polar Club Dumas (1993).

De l'Italien Calvino à l'Américain Brust en passant par l'Espagnol Pérez-Reverte, notons au passage que ces récents auteurs d’hommages littéraires viennent de pays variés, ce qui confirme une fois de plus le rayonnement international du plus français de nos écrivains !

Les meilleures "suites"  à Monte-Cristo:
- Le fils de Monte-Cristo
- Le trésor de Monte-Cristo
- Mémoires de Monte-Cristo

Les meilleurs hommages:
- Le roi Mystère
- The stars my destination

Y auriez-vous pensé?

Certaines suites mettent en scène:
- un d'Artagnan vampire
- un d'Artagnan fantôme
- un d'Artagnan chien
- un Monte-Cristo robot

Lesquelles? A vous de parcourir le site pour les trouver...

- Les parodies.
Ces réécritures de Dumas adoptent une approche délibérément humoristique (là où les plagiats le font de façon parfois involontaire !). De nombreuses pièces de théâtre parodiques ont été montées du vivant de Dumas pour essayer de tirer profit de ses succès. Citons entre autres Porthos à la recherche d'un équipement (1845) d'Anicet, Dumanoir et Brisebarre et Les trois gendarmes (1846) de Richard et Monselet, ou L'île de Monte-Christo (1847) d'Auguste Jouhaud et Le comte de Montéfiasco (1847) de Deforges et Clairville. L'humoriste Cami a écrit plusieurs romans et saynettes inspirées de Dumas, dont Le fils des Trois Mousquetaires (1919), qui raconte les aventures d’un jeune homme dont tous les mousquetaires sont susceptibles d'être le père (!).

Mentionnons également Les trois petits mousquetaires d’Emile Desbeaux (1882), qui transpose de façon amusante le début du roman de Dumas dans un lycée parisien à la fin du XIXème siècle.

 

- Dumas, héros de roman.
Une catégorie très particulière de livres inspirés de Dumas doit enfin être signalée : ceux qui le mettent en scène lui-même comme héros de roman. Un tel hommage, que bien peu d'écrivains ont reçu, lui a été rendu à plusieurs reprises. Dans les années 1950, Raymond Dumay a fait de Dumas un personnage important de sa série " Fannie " (Bonjour Fannie, Fannie à Paris, Les amours de Fannie) qui narre les aventures hautes en couleur d'une séduisante écuyère dans l'Europe de la fin des années 1820. Fannie y fait la connaissance d'un jeune auteur dramatique à succès, Alexandre Dumas lui-même, qui devient un de ses proches amis. L'ouvrage le plus marquant dans ce registre date de la même période : il s'agit de Roi de Paris (1956), de Guy Endore, qui conte de façon très romancée et imaginative les relations difficiles entre Dumas père et fils.Tout récemment, enfin, François Cérésa, spécialiste des suites avec son prolongement des Misérables, a fait de Dumas le héros d'un roman d'aventures en Espagne, Les trois hussards (1999). Et Dumas apparaît également dans le Prix Renaudot Céleste (2001), de Martine Le Coz.

Bons ou mauvais, tous ces ouvrages témoignent à leur façon du rayonnement de l’œuvre de Dumas, à qui ses grands héros ont depuis longtemps échappé, comme il convient à de véritables mythes. En définitive, le père du roman feuilleton a donné à nombre d’écrivains médiocres le moyen de gagner leur vie et a fourni à de bons auteurs une authentique source d’inspiration. Dumas, qui avait tant "emprunté" lui-même, aurait été enchanté…


 


 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche