Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche

Recherche


Les deux mousquetaires

Paul-Yves Sébillot

255 pages
1954 - France
Roman

Intérêt: **

 

Ce roman a donné lieu à une adaptation théâtrale: Les deux mousquetaires, pièce en trois actes, 1959.

Voici un exemple typique de roman conçu pour attirer les nostalgiques de Dumas: un titre qui fait directement référence à l'œuvre du maître, la présence de d'Artagnan parmi les personnages principaux (avec en prime l'apparition fugitive de Porthos), un cadre familier des lecteurs de Dumas: le double règne de Louis XIII et de Richelieu.

Si la nature "commerciale" de cette démarche ne fait aucun doute, le roman de cape et d'épée qui en est l'objet n'est pas pour autant sans mérite. Les deux mousquetaires dont il est question sont d'Artagnan, curieusement passé chez les mousquetaires du cardinal et devenu totalement dévoué à ce dernier, et le jeune chevalier de Kernador, nouvelle recrue dans le même corps. Ce dernier est le véritable héros du roman, où d'Artagnan ne joue qu'un rôle secondaire après avoir fait entrer Kernador chez les mousquetaires en tentant sa loyauté (voir extrait ci-dessous).

Enfant trouvé (mais qui, conformément à la loi éternelle des romans populaires retrouvera ses parents à la fin du récit), Kernador est un chevalier sans peur et sans reproche, une sorte de d'Artagnan bis. Au long d'un récit qui se déplace de Paris à la guerre de Savoie en passant par la Touraine et autres lieux, il affronte toutes sortes de périls au service du cardinal.

La principale originalité du livre tient à son côté "roman d'espionnage": l'invention d'un canon perfectionné et les complots d'agents espagnols pour s'en emparer y prennent une place importante.

Un louable effort documentaire de la part de Sébillot se traduit par de nombreuses notes de bas de page sur le contexte historique, les lieux, etc.. Le texte n'est pas trop mal écrit, mais l'intrigue souffre d'un recours exagéré aux coïncidences les moins vraisemblables.

Signalons enfin que ce livre voit l'une des rencontres entre d'Artagnan et Cyrano de Bergerac. Respectant la différence d'âge réelle entre les deux hommes, Cyrano apparaît comme un garçon d'une dizaine d'années qui vient prévenir d'Artagnan de l'enlèvement de Kernador par ses ennemis et l'aide sérieusement à le délivrer en bombardant les ravisseurs à coups d'oeufs frais...

Extrait de la première partie Sincères amours et ténébreux desseins, chapitre 1 Un nouveau mousquetaire

Kernador attendit dans un silence déférent que d'Artagnan lui adressât la parole, ce qui ne tarda point.

- Vous avez, m'a-t-on dit, pris part au siège de La Rochelle…

- Ce furent là mes débuts, répondit Kernador. Je m'étais engagé dans la compagnie de M. de Noual, ne pouvant prétendre à entrer dans celle des Mousquetaires du Roi, sans quoi je vous eusse bien volontiers accompagné avec vos amis dans un certain bastion qui vous servit de salle à manger...

Le rappel de cette prouesse fit sourire d'Artagnan.

"Ceci me plaît, se dit-il, non pas que cela flatte mon amour-propre, mais cela me prouve que ce Kernador n'est point un sot.

"En outre, il n'a pas éprouvé le besoin de me parler à cette occasion de ma bravoure, de me traiter de héros. Il a rappelé le fait, habilement, mais simplement...

"Cet homme m'intéresse!"

- Vous vous distinguâtes de votre côté, dit-il, en entrant un des premiers dans la place...

- Le hasard des ordres donnés et des dispositions prises pour l'assaut m'ont favorisé en cela, répondit Kernador modestement.

- Ah! les Mousquetaires du Roi! fit soudain d'Artagnan, quelle troupe magnifique et quel esprit de corps! quelle bonne camaraderie!... C'était le bon temps! ajouta-t-il en soupirant.

- J'espère, fit Kernador un peu surpris, que le même esprit anime celui des Mousquetaires du Cardinal.

- Hélas! non! dit d'Artagnan, et j'envie Athos et Porthos qui ne voulurent point me suivre et ont préféré continuer à servir dans la Compagnie de M. de Tréville.

"Je ne vous aurais pas parlé de cela si vous n'aviez évoqué ce souvenir de La Rochelle.

"Mais ma première impression sur vous est que vous eussiez été mieux à votre place sous la casaque bleue que sous la casaque rouge...

- Et pourquoi cela?

- L'esprit est différent...

"Le Cardinal recrute sa garde personnelle parmi les gens de moeurs austères, fort braves certes! mais qui ne sont pas de joyeux compagnons comme les Mousquetaires du Roi!

- Et puis, sans doute, vous avez parmi eux d'anciens ennemis avec lesquels vous croisâtes le fer plus d'une fois...

- Ces rixes ont pris fin, d'abord parce que Son Éminence a édicté de sévères mesures contre le duel, et puis mon entrée dans sa garde a fait cesser un peu l'animosité entre les deux compagnies, mais chacun sait que je ne fus pas toujours des amis du Cardinal...

"A vrai dire, j'aimais mieux M. de Tréville...

"Le Cardinal est un homme rigide, sévère, implacable et dur. Il poursuit de vastes et ténébreux desseins et je me demande parfois où son ambition démesurée conduira la France!...

"Sa politique est inquiétante, au point que certains, dans l'entourage de Sa Majesté, pensent que sa disparition ne serait pas un malheur pour le Royaume...

Kernador écoutait attentivement ces paroles, stupéfait et même assez inquiet d'entendre son chef lui parler ainsi...

- Le Cardinal est un grand ministre! dit-il.

- Oui… fit d'Artagnan, je l'ai cru pendant un certain temps, mais à vivre ainsi auprès de lui, j'ai bien changé d'opinion...

Un silence se fit.

Kernador, prudemment, se taisait.

D'Artagnan le fixait…

Au bout d'une longue minute, il lui dit:

- Je vais vous parler sans détour:

"Vous êtes, m'a-t-on appris, un soldat sans fortune, comme moi d'ailleurs. Voyez-vous, dans la vie on débute avec de généreuses illusions, puis les déceptions vous obligent souvent à penser plus égoïstement à soi.

"Or, vous me plaisez beaucoup parce que vous me semblez bien plus fait pour être un Mousquetaire du Roi qu'un de ceux du Cardinal qui m'obéissent, mais au fond, me détestent.

"J'aspire à revenir dans mon ancien corps, à y retrouver Athos et Porthos, puisque notre cher Aramis nous a quittés pour entrer dans un couvent... J'éprouve pour vous une grande sympathie spontanée...

- La mienne pour vous, dit Kernador, n'est pas moins grande, mais elle n'est pas spontanée puisque, de longue date, je connais votre bravoure et vos exploits...

- Si vous pouviez, avec moi, reprit d'Artagnan, rentrer dans la compagnie de M. de Tréville, nous reformerions un nouveau groupe d'amis invincibles et entièrement dévoués les uns aux autres… Vous remplaceriez Aramis!

"Il y aurait alors, comme avant son départ, quatre inséparables: Athos, Porthos, Kernador et d'Artagnan!

"Il est vrai que Porthos doit se marier prochainement pour épouser la Coquemard, veuve du procureur, lequel a enfin eu le bon esprit de trépasser en lui laissant 800.000 livres… En attendant, en nous voyant toujours ensemble, on dirait: voilà les quatre Mousquetaires!

"Qu'en dites-vous?

Les yeux de Kernador brillèrent.

- Certes! cela me comblerait de joie! Jamais je n'aurais espéré à la fois cet honneur et cette occasion de me battre aux côtés d'amis sûrs et vaillants comme vous trois!

"Mais je viens d'entrer dans la compagnie de Son Eminence le Cardinal, j'en suis très fier et mon devoir, ma loyauté, m'obligent de le servir...

- Qui vous dit, fit d'Artagnan en se penchant vers lui et en lui parlant à voix basse, que dans quelques jours le Cardinal sera encore ministre?

- Comment cela?

- Mon ami, voici ce qui va se passer:

"Des événements inattendus vont sans doute se produire au cours desquels il y a, pour nous deux, une occasion d'assurer notre avenir et notre fortune... Écoutez-moi sans m'interrompre, mais d'abord donnez-moi votre parole d'honneur que ceci restera entre nous...

- Je vous le jure! dit Kernador très intrigué.

- Voici, reprit d'Artagnan.

"Une occasion s'offre à vous de devenir lieutenant des Mousquetaires du Roi dont je deviendrai moi-même capitaine, et de recevoir une récompense de mille écus d'or...

- Que faut-il faire?

- Rien! précisément, mais m'obéir...

- Vous êtes mon chef et c'est mon devoir. Toutefois je ne comprends pas...

- Un jour prochain, je vous place à un poste de garde. Des amis à moi se présentent... Ne m'interrompez pas! Vous les laissez passer. Ils entrent, ils enlèvent le Cardinal et son successeur vous nomme, vous...

- C'en est trop, Monsieur! s'écria Kernador d'un ton indigné et en se levant. Si vous m'avez cru capable d'une telle félonie vous vous êtes trompé! Je suis entré dans la compagnie du Cardinal pour le servir loyalement et non pour le trahir! Sachez que je le défendrai, au contraire, jusqu'à la mort!

"Je suis pauvre, ce n'est pas une honte, et, certes! Mille écus d'or feraient fort bien mon affaire, mais il y a trois choses que je placerai toujours au-dessus de la fortune et de l'argent et que je ne vendrai jamais pour tout l'or du monde, et ces choses-là s'appellent mon devoir, ma conscience et mon honneur! Si je n'étais pas sous vos ordres, je vous demanderais raison, l'épée à la main, pour m'avoir fait l'injure de me croire capable de...

- Puisque vous le prenez ainsi, dit d'Artagnan, en garde! Sur le champ! Ce secret doit rester entre nous et je vais vous tuer!

- En garde donc! dit Kernador en faisant un saut en arrière et en dégainant. D'Artagnan contre Kernador! ajouta-t-il, la partie n'est pas égale, qu'importe! En garde! et battons-nous!

D'Artagnan avait dégainé lui aussi, les épées se croisèrent… à ce moment une porte s'ouvrit…


 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche