Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche



The last musketeer

Stuart Gibbs

244 pages
Harper Collins - 2011 - États-Unis
SF, Fantasy - Roman

Intérêt: 0

 

Cet ahurissant petit roman destiné aux enfants de 8 à 12 ans a pour héros Greg Rich, un garçon américain d’aujourd’hui, âgé de 14 ans. Le père de Greg appartient à une vieille famille américaine aux lointaines origines françaises et possède de très beaux meubles et objets français de grande valeur. Le conservateur du Louvre, Michel Dinicoeur, le convainc de vendre sa collection au musée. Arrivés à Paris, Greg et ses parents constatent que la seule chose qui intéresse vraiment le conservateur, c’est un bijou de famille, un cristal monté en pendentif. Aussitôt en sa possession, Michel Dinicoeur le réunit avec un autre morceau de cristal et reconstitue un cristal magique qui a, entres autres, le pouvoir de faire voyager dans le temps. Il entraine avec lui Greg et ses parents et tout le monde se retrouve au Louvre à l’époque de Louis XIII…

Dinicoeur fait jeter en prison les parents de Greg tandis que ce dernier s’enfuit. Seul dans le Paris du XVIIème siècle, il fait la connaissance d’Aramis, un adolescent qui travaille à Notre-Dame. Avec son aide, Greg entreprend d’organiser la libération de ses parents. Les deux garçons en rencontrent bientôt deux autres, un soldat nommé Athos et un fils de famille riche et noble, Porthos. Et Greg se trouve surnommé d’Artagnan par ses trois amis pour une raison trop stupide pour être décrite (voir extrait ci-dessous).

Le quatuor se lance dans une enquête d’où il ressort, entre autres: qu’ils peuvent accéder comme ils veulent au roi Louis XIII, un adolescent de leur âge qui ne demande qu’à sympathiser; que Richelieu (le cardinal) a un frère qui s’appelle aussi Richelieu mais qui est encore plus méchant et qui commande les gardes de la Cour; que ce Richelieu n°2 est immortel grâce au cristal magique et que c’est lui qui a pris le nom de Michel Dinicoeur au XXIème siècle; qu’une fois revenu en arrière dans le temps, il y a donc deux exemplaires de ce Richelieu n°2 en circulation au même endroit et en même temps; que les quatre futurs mousquetaires doivent donc affronter à la fois les deux Richelieu qui sont en fait le même et que tout le monde prend pour des jumeaux; que tout ça n’empêche pas les adolescents de triompher, de libérer les parents de Greg et de devenir les favoris du Roi. Le roman s’arrête là mais l’histoire n’est pas finie: Greg et ses parents doivent encore retrouver le cristal magique s’ils veulent pouvoir revenir un jour à notre époque. La suite dans Traitor’s chase et la fin dans Double cross.

Outre la débilité profonde de l’histoire, The last musketeer présente quelques caractéristiques curieuses. Même s’ils portent le même nom, les personnages n’ont à peu près aucun rapport avec ceux de Dumas. Athos et Aramis sont d’origine très modeste tandis que Porthos est fils de grand seigneur, bon vivant mais pas particulièrement fort. Milady figure dans le roman en tant que dame de compagnie de la reine, mais c’est Aramis qui est amoureux d’elle, pas Athos. On en arrive à de demander si l’auteur a lu le roman de Dumas: il n’y aurait rien d’étonnant à ce qu’il n’en connaisse qu’un téléfilm ou un bande dessinée de troisième ordre. Autre détail curieux: le livre étant écrit pour des enfants ou de très jeunes adolescents, tous les personnages ont entre 14 et 16 ans, depuis les mousquetaires jusqu’au Roi en passant par les gardes et les soldats. L’auteur considère manifestement que des enfants ne peuvent s’intéresser et s’identifier qu’à des personnages de leur âge. Mais cela donne une espèce de monde à la Disney, totalement artificiel. A fuir.

 

Extrait du chapitre cinq


Aramis stared at him for a long while and then broke into a genuine smile. “You’re a very strange person.”

“Not where I come from,” Greg replied defensively, even though that wasn’t quite true. Every kid in twenty-first century Queens thought he was a weirdo, too.

“Wherever that is,” Aramis said with a good—natured smirk. “Very far away, I suspect. You have no clerics, but you do have an extra planet. I’ve never seen clothes like yours before. Especially your shoes. What on earth is this substance?” He prodded the sole of Greg’s sneaker.

“Rubber.”

“Fascinating. And what are these slits in your clothing?”

Greg had to laugh. “You’ve never seen pockets before?”

“No. What are they for?”

“To keep things in. Like keys and money.”

“You mean, instead of a purse?”

“Yes.” Greg bit his lip. They didn’t even have pockets in 1615?

Thankfully, Aramis didn’t seem suspicious as much as intrigued. He caught Greg’s wrist and gazed at his watch as if it were a priceless jewel. “And this. This is the most fascinating of all. A miniature clock that fits on your wrist! You must have the most incredible craftsmen in your town.”

Greg suppressed another laugh. He’d bought it at Target for $19.99.

“I have heard they have great craftsmen in the Artagnan region, but that the people there have very different customs from us. Is that where you’re from?”

“It is,” Greg answered, even though he hadn’t the faintest idea of where Artagnan was. It was better than the truth.

“Ha!” Aramis beamed, pleased with his deduction. “I’ve never met anyone from so far away before! Why, that’s practically in Spain!”

“Yes,” Greg agreed, although this was news to him.

“Well, D’Artagnan, tell me about where you’re from—”

“What’d you just call me?”

“D’Artagnan. Meaning ‘From Artagnan,’ of course. I can’t call you ‘Greg.’ That’s simply too strange. It’ll draw attention.”

Greg’s mind whirled. That name! He knew it. It suddenly clicked why the name Aramis sounded familiar, too. They were characters in The Three Musketeers. He’d read it in French class the year before. Aramis, Porthos, and Athos were the names of the heroes. But the main character was a newcomer named D’Artagnan. Greg also remembered that the author, Alexandre Dumas, had claimed in the preface that the characters were all based on real people in spite of how he’d made up the story. . . .

Now that Greg had been labeled D’Artagnan, his heart leaped. What if the boy before him was the Aramis? If so, he would eventually be renowned as one of the greatest warriors in French history. He was certainly smart. And while he claimed that he wasn’t skilled with his rapier, maybe he was only being modest. Greg’s parents were apparently stuck in some godforsaken prison—nearly four hundred years away from their own time—-and Greg was too lost in this society to even think about freeing them alone. But a future musketeer would be exactly the type of person who could help him. And if he’d found Aramis, maybe the other two might be around as well….

“You don’t have any friends named Porthos and Athos, do you?” Greg asked.

Aramis looked at him curiously for about the thousandth time that night. “No. Why do you ask?”

 


 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche