Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche

Recherche


The Sovereign Order of Monte Cristo
And the newly discovered adventures of Sherlock Holmes

Holy Ghost Writer

146 pages
2013 - États-Unis
Roman

Intérêt: 0

 

 

Ce volume est le deuxième de la série des suites de Monte-Cristo écrites par le Holy Ghost Writer. Il est numéroté « Book III », l’auteur considérant que Le comte de Monte-Cristo de Dumas est le premier volume et que son The sultan of Monte Cristo est le tome 2.

The Sovereign Order of Monte Cristo suit immédiatement les dernières pages de The sultan of Monte Cristo. Un « prélude » montre Sherlock Holmes racontant cette histoire au docteur Watson. On verra plus tard pourquoi. Holmes réapparaît à plusieurs reprises en tant que narrateur.

Le livre poursuit donc le récit des aventures de Raymee : celle-ci prend complètement le pouvoir qui revient en principe à son époux le Calife (qu’elle a fait castrer). Elle donne naissance à des jumeaux, un garçon Malik et une fille Jaydee, conçus par Monte-Cristo.

Ce dernier entre en communication directe avec Dieu (si, si), qui lui annonce qu’il va être chargé d’une mission de première importance. Dieu parle directement dans ses pensées, tout comme une certaine « Dame Sagesse » qui lui prodigue ses conseils. Celle-ci lui révèle qu’il doit se rendre aux Etats-Unis pour lutter contre l’esclavage. Toujours en voyage au Proche-Orient, il apprend que ses deux épouses officielles, Haydée et Mercédès, ont donné naissance à des filles, respectivement Jana et Lextra. Monte-Cristo se trouve donc avoir quatre enfants d’un coup ou presque.

Après avoir pouponné un moment, il part s’installer en Géorgie, près d’Atlanta, où il a acheté une plantation. Il s’occupe beaucoup de son aménagement et de l’organisation domestique du domaine. Il achète un grand nombre d’esclaves à qui il donne aussitôt la liberté – ils restent tous travailler pour lui. Quand tout est prêt, il fait venir ses deux épouses et leurs deux bébés et organise une grande fête avec tout le voisinage.

Il se rend à l’Université de Yale dans le Connecticut, où l’on apprend qu’il a étudié des années plus tôt (après son évasion du château d’If). Il y a également fondé la célèbre association d’élèves « Skull and Bones ». De là, Monte-Cristo se rend à Paris pour assister à la naissance du fils, baptisé Monte, de Maximilien et Valentine. Entre temps, Villefort, guéri de sa folie est redevenu procureur (en dépit de tous ses crimes !). Désireux de se venger de Monte-Cristo, il le fait jeter en prison.

Le comte y reçoit de fréquentes visites d’un certain Sherlock Holmes, adolescent qui travaille pour Villefort. Sherlock et Monte-Cristo se lient, et ce dernier prend le jeune homme comme élève. Le futur détective organise l’évasion de Monte-Cristo qui ne semblait pas s’en préoccuper le moins du monde. Les deux hommes créent l’Ordre Souverain de Monte-Cristo, « conçu pour protéger les descendants de Monte-Cristo et donc la dynastie mérovingienne » (sic). Il apparaît par ailleurs que Monte-Cristo a déjà recruté à son service toutes les sociétés secrètes imaginables, des Templiers aux Francs-Maçons.

Il emmène Holmes dans sa propriété américaine. Au passage, il rencontre à Charleston une femme descendant comme lui de Marie Madeleine (celle de Jésus Christ) et des Mérovingiens. Réinstallé chez lui, Monte-Cristo met au point, grâce aux conseils qui lui parviennent de façon surnaturelle, un élixir d’immortalité (ou presque). Il organise des fêtes, s’occupe de son potager, repousse les avances d’une très jolie ex esclave (qui se venge en couchant avec Sherlock Holmes), joue avec ses enfants, etc…

Le ménage à trois Edmond Dantès-Haydée-Mercédès menace de devenir un ménage à quatre quand Raymee débarque avec ses deux enfants (ceux de Monte-Cristo), ce qui ne fait pas rire les deux épouses officielles. La situation se complique quand la belle esclave, qui s’est fait faire un bébé par Sherlock Holmes, fait croire à tout le monde que Monte-Cristo est le père. Ce dernier refusant de prendre Raymee comme troisième épouse, celle-ci part très fâchée.

Se souvenant qu’il est chargé de la mission divine de lutter contre l’esclavage, Monte-Cristo monte un plan machiavélique. Il invite chez lui quelques sénateurs pro esclavage. En premier lieu, il les maltraite sévèrement comme le sont les esclaves pour qu’ils comprennent que c’est dur d’en être un, puis il leur offre des prostituées pour s’attirer leur bienveillance. Il semble considérer que ce double traitement va les rallier à la cause de l’antiesclavagisme. Le livre s’arrête là, laissant le lecteur haletant…

 

Face à une telle accumulation d’absurdités, on reste sans voix. La succession ininterrompue d’incohérences et d’inepties est d’autant plus frappante que le livre est très court : des développements majeurs sont expédiés en un paragraphe, sans l’ombre d’une explication.

Le plus étrange et une contradiction fondamentale au cœur du livre. D’un côté, le personnage de Monte-Cristo acquiert une dimension carrément surhumaine : lien direct avec Dieu, ascendance remontant à Marie Madeleine, appartenance à une lignée royale protégée de siècle en siècle par des sociétés secrètes… De l’autre, Monte-Cristo se comporte comme un bourgeois de province, empêtré dans ses histoires de femmes et de maîtresses, incapable d’initiative, dépourvu de la volonté d’acier et des moyens matériels illimités qui en faisaient un quasi surhomme chez Dumas. Dans ce roman, Monte-Cristo passe plus de temps à se préoccuper des menus de ses fêtes et de la production de son potager qu’à mener à bien quelque grand dessein : ses efforts antiesclavagisme sont pathétiques. L’ensemble est tellement ahurissant, à vrai dire, qu’il en devient drôle. L'histoire se poursuit dans Confederate States of Monte Cristo.

 

Extrait du chapitre 10 To the rescue

“REMARKABLE, SHERLOCK! But you must hurry and tell me how you helped Dantes escape— I have been sitting here in suspense, and I can wait no longer!”

“ You do make me laugh, my dear old Dr. Watson. You are getting almost as impatient as me, old boy. Very well— I will conclude this portion of Dante’s tale and take us into the next part of his adventure. News reached home about the capture of the Count of Monte Cristo, and Haydee sent the Albanian War Fleet to rescue her love. It was met by the French Navy, which was reminded of the treaty between France and Albania. Despite that, Villefort refused to release Dantes, saying that he was a French citizen first, and the ruler of Albania second— and thus must answer to French justice.

“ Admiral Jarre met with me and aided in the plan, so that Dantes could easily make his escape. I plied the guards with alcohol— I knew they could not resist free spirits— and once they had passed out, I eased the keys to Dantes' cell from one of their pockets. After that, it was easy to sneak Dantes and Captain Medusalocks from the dungeon and accompany them far from the prison. The men parted ways reluctantly, agreeing that they would forever be allies. The Count followed me to meet up with Admiral Jarre, who escorted him to the Iblis.

“ Dantes and I forged an alliance after that escape that developed into the Sovereign Order of Monte Cristo, a secret society designed to protect the heirs of Monte Cristo and, ergo, the Merovingian dynasty. We designed an emblem that includes a cross overlapped by a crown and the Seal of Solomon for the new order. No matter how many years pass between our meetings, that Order will always bind us to one another as brothers.

“ I learned firsthand from a real master how he had already infiltrated the top levels of the Sovereign Military Order of Malta, the Illuminati, the Masons, the Rothschilds, and other wealthy dynasties and lesser- known secret societies. We invited those that he found to be trustworthy in these societies and dynasties into this new secret order, including the disbanded Templars and Melchizedekians who were already aware of, and attempting to maintain and protect, the surviving Merovingian family tree.

“ The Templars were among the most wealthy and powerful of the Western Christian military orders. They had already been trying to keep track of the descendants of Mary Magdalene and were aware of the branch that led to Edmond Dantes, but had lost track of him due to his imprisonment and countless personalities. As such, they were especially pleased to join this newer society. “

Now, my dear Watson, you can perhaps better understand how I developed into England’s greatest detective and crime fighter. I will tell much of the story in the third person, despite being so deeply involved, because it gets a little too personal for me to comfortably relate otherwise. You will soon see what I mean.”

“ Sherlock, I have been amazed at your techniques and abilities, but you have kept this secret so secure! It astonishes me more than anything you have ever revealed, or any crime you have solved; and I cannot imagine you to be embarrassed of anything. But do tell on— I am eager to hear more of your tale.”


 

 

 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche