Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche



Le manuscrit de d’Artagnan

Valentine Stephen
Delphine Stephen

204 pages
CreateSpace Independent Publishing Platform - 2014 - France
Roman

Intérêt: 0

 

 

En vacances chez leur grand-père, deux cousins adolescents de notre époque, Lucas et Thomas, découvrent par hasard un message caché trois siècles plus tôt par d’Artagnan. Ce message les met sur la piste d’un secret qu’aurait détenu le mousquetaire. Un secret d’une importance capitale, qui aurait pu faire basculer la monarchie. Le deux garçons se lancent sur la piste en compagnie de leur grand-père historien et de la jeune assistante de ce dernier.

L’enquête s’avère être un jeu de piste. Chaque message caché par d’Artagnan contient une énigme qui indique l’emplacement d’un nouveau message, et ainsi de suite. Les quatre héros vont ainsi de lieu historique en lieu historique : château de Foix, Saint-Jean-de-Luz, Vaux-le-Vicomte, Versailles…

Leur expédition se trouve sérieusement perturbée par les manœuvres du descendant des princes de Condé. Rêvant de monter sur le trône de France (!), celui-ci ne recule devant aucun moyen pour forcer les quatre enquêteurs à lui révéler le « secret de d’Artagnan » dont il est persuadé, à juste titre, qu’il s’agit en fait du « secret de Louis XIV ». Le connaître lui donnera, pense-t-il, les moyens de rétablir la monarchie à son profit.

Le récit de ces aventures contemporaines est entrecoupé d’épisodes montrant d’Artagnan dans ces mêmes lieux, alors qu’il s’emploie à empêcher la divulgation du fameux secret par fidélité à Louis XIV. Un d’Artagnan qui se veut d’ailleurs inspiré du personnage historique plutôt que du héros de Dumas.

Le déroulé du récit est simpliste à l’extrême. Les « énigmes » laissées par d’Artagnan sont résolues en cinq minutes par les jeunes gens. Et il ne leur faut pas plus de temps pour trouver les cachettes des messages successifs, sur qui personne n’est jamais tombé en plus de trois siècles. Le personnage du prétendant au trône est grotesque, sans une once de crédibilité. Le lecteur devine tout de suite que le secret touche à la légitimité de Louis XIV mais ne peut croire une seconde que le grand-père historien décide à la fin de le détruire pour ne pas faire de vagues.

Ce roman fait partie des livres auto publiés comme il en fleurit désormais grâce à Internet. Il a été écrit par une fille de douze ans et sa mère : gageons au moins qu’elles se sont bien amusées.

 

Extrait du chapitre 5 bis 6 juillet, Château d’Olignan

- Votre Majesté, nous venons de recevoir un email : vous êtes invité à un colloque à New York sur le royalisme en Europe.

-  Je te l’ai déjà dit mon cousin, tu dois me faire la révérence pour me saluer ! répond d’une voix hautaine le comte d’Olignan.

- Oui Majesté, pardonnez-moi, Majesté.

Raoul fait une révérence maladroite, et manque de s’étaler aux pieds de son cousin. Le comte d’Olignan pousse un soupir :

- Mon Dieu, suis-je mal entouré !

- Pardon Majesté… pour l’invitation… que dois-je répondre ?

- Est-ce bien rémunéré ? demande le comte.

- Oui Majesté, plus que le tarif habituel et les frais de déplacement sont pris en charge.

- Dans ce cas. .. Répond que je leur fait (sic) l’honneur d’accepter leur invitation...

Le Comte pousse un nouveau soupir : en être réduit à donner des conférences à des américains ignares… alors qu’il devrait être Roi de France !

- Mon ancêtre, le valeureux Prince de Condé doit se retourner dans sa tombe, de voir la déchéance dans laquelle je suis tombé !

Raoul regarde autour de lui : le bureau du Comte, qu’il faut appeler Majesté sous peine de violentes représailles, est luxueux. Un lustre en cristal éclaire doucement les moulures dorées et les parquets cirés.

- Pourtant votre château est magnifique, votre Majesté, ose répondre Raoul.

- Ce n’est qu’un château de province! Je devrais vivre à Versailles l Au Louvre ! Diriger la France ! Avoir une armée de serviteurs et de courtisans exauçant mes moindres désirs ! Au lieu de ça, j’ai… vous… et quelques autres fidèles… maigre réconfort !

Le comte d’Olignan, bien que très laid, avec son nez en bec d’oiseau et ses yeux globuleux, dégage une aura impressionnante. Lors de leur première rencontre dans leur enfance, Raoul a tout de suite compris que le comte d’Olignan lui permettait de le servir mais qu’il ne devait pas s’attendre à recevoir des remerciements en retour !

Soudain, la porte du bureau s’entrouvre timidement. Un homme d’une trentaine d’année, lunettes épaisses sur le nez, approche et salue d’une révérence le Comte d’Olignan.

- Majesté, nous avons détecté une activité suspecte sur internet : des recherches sur d’Artagnan et sur un secret de Louis XIV.

- Encore des écoliers qui font un exposé sur le Masque de Fer ou les 4 Mousquetaires ! ricane le Comte d’Olignan.

- Les recherches sont faites sur les sites spécialisés en Histoire, accessibles seulement aux chercheurs chevronnés...

- Intéressant... surveillez les recherches, si elles continuent, lancez la localisation de l’ordinateur d’où partent ces recherches.

- Bien Majesté, merci Majesté.

Le Comte d’Olignan congédie l’informaticien d’un geste de la main.

- Encore un espoir qui sera déçu... un jour, je le sais, je trouverais (re sic) ce secret que d’Artagnan protégeait ! Je réhabiliterais (re re sic) le nom du Prince de Condé : non, ce n’était pas un traitre à sa patrie ! Il aurait dû être le Roi, au lieu de ce… soi-disant Roi Soleil !


 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche