Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche

Recherche


Porthos au bal Besnard
Folie-vaudeville en deux tableaux

M. Grafetot

8 pages
Imprimerie P. Regnier, Reims - 1850 - France
Humour - Pièce de thêatre

Intérêt: *

 


Représentée pour la première fois au Théâtre de Reims le 7 février 1850, cette très courte pièce constitue un exemple typique des pastiches théâtraux qui proliféraient à cette époque (voir, dans la même veine, L’île de Monte-Christo, Les trois gendarmes, Le comte de Montéfiasco, etc…).

La pièce met en scène quelques personnages du petit peuple de Reims, au milieu du XIXème siècle: Nini, une repasseuse, Robichon et Biberlot, deux commerçants qui la courtisent, Ramachart, l’agent de police. Tous sont nourris de la lecture des Trois Mousquetaires et se préparent à assister à un bal masqué auquel, dit-on, pourrait participer Alexandre Dumas lui-même.

Nini sera en Milady, les deux hommes prévoyant de se costumer en Porthos, car il s’agit du héros favori de la belle. Quiproquos nourris par les déguisements, jeux de dupes entre amoureux, l’intrigue est des plus minces. Les dialogues, émaillés de jeux de mots calamiteux, sont entrecoupés de chansons. Un simple divertissement, bien sûr, mais pas des plus subtils…


Extrait du deuxième tableau, scène deux

BIBERLOT, RAMACHART

BIBERLOT (il entre, vêtu ridiculement, et a un faux nez)
Enfin, m’y voilà donc, dans ce sanctuaire de la beauté et de l’innocence! quel effet, je vais produire avec mon costume de Mousquetaire! M. Robichon m’a dit qu’il était exact tout comme celui de M. Lemoine, oui, mais l’habit ne fait pas le moine. Voyons, il faut tâcher de bien représenter mon personnage; d’abord, je veux paraître fort et je vais chercher dispute à tout le monde, mon costume en imposera et on aura peur. Ce qui me contrarie, c’est que je ne pourrai pas danser, j’ai une atroce douleur aux… genoux. Il fait un verglas affreux et je suis tombé sept fois… pas sur mon nez, pour venir des loges jusqu’ici, ah! grand Dieu! Mais à quoi pense donc l’autorité!

Air: J’ai vu le parnasse des dames
Vraiment c’est une barbarie
De laisser partout le verglas,
C’est pir’ que dans la Sibérie,
Et je le dis net, j’en suis las.
Pour exposer ainsi nos membres,
L’corps municipal peu zélé
Me ferait croir’ que tous ses membres,
Cet hyver, ont le coeur gelé (Bis)

Ah ça, je ne vois pas mon adorée! elle m’a dit qu’elle serait déguisée en Milady Winter, quelle drôle d’idée, une femme qui empoisonne, ah, ah! voici un sergent de ville qui se promène, quelle tournure majestueuse, c’est sans doute Alexandre Dumas. M. Robichon m’a dit qu’il serait déguisé ainsi, je vais l’intriguer… Quel chic… Porthos intriguant son père, car c’est son propre père; j’te connais, j’te connais, petit Papa a son petit Porthos.

RAMACHART
Je vous prie de ne pas molester l’autorité.

BIBERLOT
Si, si, si, j’te connais, tu es Alexandre Dumas.

RAMACHART
Vous insultez l’autorité, je vais vous ramasser.


 

 Sommaire  Tous les livres  Couvertures BD Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche