Sommaire  Tous les livres BD Expositions Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche



Bridge with the Three Musketeers

Aksel J. Nielsen

234 pages
Kaye & Ward - 1978 - Danemark
Roman

Intérêt: ***

 

 

 

Des suites, des pastiches, des plagiats purs et simples, des imitations, des hommages : les romans de Dumas ont inspiré la production d’œuvres en tous genres. Mais Bridge with the Three Musketeers est peut-être la plus totalement inattendue. Ce livre (catalogué « roman » sur pastichesdumas faute, évidemment, de catégorie appropriée) est en effet un recueil de problèmes de bridge, censé reproduire les parties jouées par les quatre mousquetaires et quelques autres tout au long des romans de Dumas !

L’auteur danois Aksel J. Nielsen imagine ainsi que les quatre amis sont des joueurs passionnés de bridge. Tout au long de leurs aventures, ils profitent du moindre moment de répit – une halte dans une auberge par exemple – pour faire une partie. Dans son Prologue, l’auteur explique que Planchet a été chargé par d’Artagnan de noter les caractéristiques de chaque partie (les cartes reçues par chacun des quatre joueurs, la façon dont les coups ont été joués, etc.). C’est la retranscription de ces notes qui est donnée dans ce volume. Nielsen va jusqu’à expliquer que c’est parce que le carnet de notes de Planchet a été emporté en Angleterre par ses descendants lors de la Révolution de 1789 qu’Alexandre Dumas n’a pas eu connaissance de la passion des mousquetaires pour ce jeu de cartes ! (voir extrait ci-dessous)

Bridge with the Three Musketeers n’est donc pas une méthode de bridge, qui enseignerait aux néophytes les règles du jeu, mais bien un recueil de problèmes destiné à des joueurs confirmés. Les caractéristiques de chaque partie sont décrites : la donne des cartes, les annonces des joueurs, le déroulement de la partie. A charge pour le lecteur passionné de bridge d’étudier la façon dont la partie a été jouée. L’aspect « romanesque » est donné par le fait que ces parties s’inscrivent dans le contexte des romans de Dumas, avec résumé des événements. Voici un exemple parlant de la façon dont le livre est conçu. Sur la page de gauche, on trouve un bref rappel de l’arrivée à Paris de d’Artagnan, de ses trois duels avec les mousquetaires et de leur victoire contre les gardes du cardinal. Puis, sur la page de droite, on trouve les détails de la partie de bridge qu’ils ont joué pour fêter cela :

 

Nielsen ne se borne pas à décrire les parties, il livre aussi fréquemment les réactions et commentaires des joueurs, rendant le texte étonnamment vivant (par moments). Dans une certaine occasion, Porthos fait une erreur dans son jeu, s’excuse, faisant rire d’Artagnan, son partenaire… L’exemple ci-dessous montre un dialogue animé entre Aramis et d’Artagnan :

 

Car l’auteur ne veut pas laisser penser que sa démarche est complètement artificielle. En particulier, il fait jouer ses personnages en fonction de leur caractère dans les romans. Il s’en explique dans son prologue en affirmant qu’Athos joue avec droiture, qu’Aramis se comporte de temps en temps de manière un peu douteuse, que Porthos « a une mentalité un peu bovine » et que d’Artagnan fait preuve d’une grande présence d’esprit en cas de danger. Nielsen a-t-il réussi à refléter fidèlement la personnalité des quatre mousquetaires dans leur manière de jouer au bridge ? Il faudrait un joueur émérite pour en juger – ce qui n’est pas le moins du monde mon cas…

Nielsen suit en tout cas de près le déroulement des Trois mousquetaires pour inscrire ses partie de cartes, et ensuite, plus brièvement, Vingt ans après et Le vicomte de Bragelonne. L’épisode de Vingt ans après où les mousquetaires prennent Mazarin en otage donne lieu à des parties de bridge entre trois d’entre eux et le cardinal. Les quatre amis ne sont pas, en effet, les seuls joueurs mis en scène : figurent à l’occasion des parties associant d’Artagnan, lord de Winter et Milady, ou encore Richelieu, Rochefort, Athos et d’Artagnan.

D’où vient cette idée ahurissante de transformer Les trois mousquetaires en recueil de problèmes de bridge ? Très probablement du fait que Aksel J. Nielsen avait apparemment deux passions dans la vie, le bridge et Alexandre Dumas. A côté de plusieurs livres consacrés aux techniques du bridge (comme Focus on bridge defence ou Defence at bridge), le Danois est également l’auteur d’une Bibliographie d’Alexandre Dumas publiée en 1964. Détail significatif : Bridge with the Three Musketeers a été « édité » (au sens anglais du terme, c’est-à-dire probablement revu et corrigé) par Douglas Munro. Or celui-ci était un universitaire britannique grand spécialiste de Dumas, auteur lui aussi d’une bibliographie dumasienne ainsi que de nombreux articles et éditions des œuvres de l’écrivain. Munro et Nielsen partageaient apparemment cette double passion pour le bridge et Dumas…

Précision finale : je ne suis pas compétent pour juger de la qualité de Bridge with the Three Musketeers sur le plan de la technique du jeu de cartes. La note de trois étoiles que je lui attribue salue donc l’extrême originalité de cet ouvrage plus que ses qualités intrinsèques. Une originalité que l’on peut mettre en parallèle avec Poèmes monosyllabiques, le livre qui imagine les poèmes en vers d’une syllabe écrits par Aramis…

 

Extrait du Prologue

The many admirers of Alexandre Dumas' great romance `The Three Musketeers' and its sequels will remember that d'Artagnan's servant was Planchet. Later he became an army sergeant, and finally ended up as a well-to-do merchant in Paris. Charles Dickens would have described him as an artful dodger, especially during his service with d'Artagnan; he was that, and a little bit cautious too, but on really serious matters he was, one gathers, trustworthy.

It should be mentioned here that d'Artagnan was a quite outstandingly good bridge player, and that Planchet was trusted sufficiently to kibitz his master's gamesmanship, for which he had a great admiration, and to keep a fairly full record of the various games that were played. When his descendants left France during the Revolution they took with them Planchet's original notes about his master's exploits at the card-table in the company of the three musketeers and others.

If these records had not left France Dumas might very possibly have come across them when he was, with Auguste Maquet, researching archives some two hundred odd years later for further details about the private affairs of the musketeers. For then he would have found characteristics of these men of which he was unaware, but which would emphasise Athos' fairmindedness, the propensity of Aramis to indulge in a little doubtful behaviour now and then, the rather bovine mentality of Porthos, and last, but by no means least d'Artagnan's presence of mind in times of emergency.

It must, of course, be remembered that when d'Artagnan arrived in Paris in 1625 contract bridge as we know it was not then played. But, nevertheless, the game then played, as with most games of skill, gave the clever player opportunities in plenty of beating opponents who were not as bright.

We have tried to transform the card game of the seventeenth century into modern contract bridge so as to give readers, as nearly as possible, the chance of learning about the musketeers' exploits as card-players, exploits until now quite unknown.

 


 

 Sommaire  Tous les livres BD Expositions Musique  Arbres généalogiques Votre pastiche
Recherche